HISTORIQUE: AVANT ----> 1997 : MES MOTOS


Avant, la moto, c'était ça !!!


Un petit coucou à Raymond et Julia !
J'aime cette époque révolue où on pouvait rouler cheveux au vent, insouciant, enfin libre, pétaradant à presque 100 à l'heure dans la poussière des routes en terre battue.
Ce coté "pionnier" de la moto m'a toujours fasciné.

                                                      1972-1973

1973: de mes 14 ans, je me souviens du choc provoqué à chaque fois que mon voisin démarrait sa Laverda 750 sf orange et des vibrations provoquées aux fenêtres simple-vitrage de la copropriété. Le bruit et les vibrations étaient telles que la Laverda se déplaçait d'un mètre lorsqu'il la faisait chauffée sur la béquille centrale. Une vraie moto de caractère.




Et que dire de ce dimanche de mai 1972, planqué à l'arrière d'une 4L fourgonnette des PTT, pour assister, éberlué au Grand Prix de France de Moto à Charade ( mon père, agent des PTT, participait à la maintenance du réseau téléphonique et m'avait fait entrer incognito sur le circuit ).

Le virage du Petit Pont
Le virage du Rozier

1974-1976

1974, les temps ont changés et le monde motard aussi : bitume sur les routes, premières limitations de vitesse, port du casque obligatoire et chasse aux échappements libres.
En juillet de la même année à Esteil (63), je contracte le "virus" en apprenant à conduire une Suzuki 125 gt .
Depuis, la fièvre ne cesse de grimper et après avoir détruit plusieurs vélos, je décide d'engraisser l'écureuil afin de m'offrir la moto de mes rêves.
1976, c'est le grand saut : je me saigne pour acheter la Suzuki 125 gt avec laquelle je me suis initié.
C'est la plus belle du monde et le début d'une longue série....




1977-1978  

1978, je ne peux résister aux sirènes du Continental Circus où Barry Sheene fait des étincelles sur sa Suzuki 500 RG et fait même la pige au King Kenny et sa Yamaha.
Je craque pour une Suzuki 125  Roca d'occasion achetée chez le père Baconnet. Jacques Roca était alors le préparateur bien connu  des Suzuki en France.
C'est avec cette moto que je me lance dans la personnalisation ( on parle aujourd'hui de tuning ) en la peignant aux couleurs du Team Suzuki Texaco Heron où brille Barry Sheene.
A l'époque, j'étais très fier de mon travail même si à bien y regarder, le design est plutôt grossier.
( Remarquez les clignotants de Diane et le rétroviseur Alpine )





1977, je suis tenté par la découverte des chemins auvergnats car depuis deux ans à peine, l'enduro hexagonal vient de naître dans la campagne livradoise.
Je vais donc suivre le championnat d'Europe à Brioude avec un Kawa 125 ks endurisée.
En ces temps reculés, les nations de l'Est régnaient en maître sur la planète enduro, avec les Zundapp, Jawa, Sachs...

Remarquez le souci du style (déjà) tant sur la moto que sur le pilote, malgré le peut de moyen.
Moto repeinte aux couleurs des Kx de cross, garde-boue de Ktm et pneu avant à l'agonie.

1979-1980

1979-1980 sont des années Rock'n Roll et concentrations avec la Suzuki 380 gt, revue et corrigée avant de passer au 4 temps avec une Honda 550 four chromée et équipée de pièces "Drag Spécialties" américaines.



1981-1982

Mais il est temps de faire une pause et de troquer les santiags par les rangers des Pompiers de Paris. Je n'abandonne pas pour autant la bécane car j'investi dans une Gold-Wind 1100 dx  pour faire les trajets entre Clermont et Paris.


1982 : je me lance dans la modification d'un 500 XT que je kit en 540 Pro-Tech, réservoir Don Vesco, pot Super-Trapp, bras alu, chrome et peinture perso.




1983-1984

1983 : je quitte la BSPP pour rejoindre mes racines auvergnates et entrer aux Pompiers de Clermont.

1984 : géographiquement stabilisé, je pousse le bouchon un peu plus loin en préparant un 500 XT de "folie" pour l'époque qui me vaudra un article dans "L'Info" local.
Je fais installer un kit 570 JPX  par Yves Gaillard, plus tout le haut moteur Wiséco, équilibrage du vilo, embrayage renforcé, allumage et alternateur de 500 SR, carbu Mikuni racing. Je monte des jantes à bâtons, un double disque de 1100 XS et je la baptise "Big One".






1985-1986

Depuis quelques années, je suis très impressionné par les courses américaines AMA Super-Bike  où des pilotes comme Wes Cooley, Gary Nixon, Eddy Lawson et Freddie Spencer brulent l'asphalte avec leurs gros 4 temps japonais.
Je refais donc une Suzuki 1000 gss dans l'esprit super-bike de l'époque.



Simultanément, je reviens au TT avec une Yamaha 175 IT puis une 250 IT homologuée pour deux saisons d'enduro en ligue d'Auvergne.



1987-1990

En 1987, j'allume un gros pétard avec ma 1ère Yamaha 490 IT puis une 600 TT montée en super-motard et une 2ème 490 IT. Ces gros blocs sont jouissifs et procurent de bonnes montées d'adrénaline.
Avec le 490 IT, je gagne la catégorie 500 régional à la Virée Auvergnate de 1987. L'année suivante, 2ème participation mémorable  avec mon pote Jean-Louis, tous les deux sur 600 TT.



 

 Voici un cliché bien cool : Jean-Louis et Bibi 
rentant au parc-coureurs de la Virée Auvergnate.


1991-1997

Je consacre toutes ces années principalement à l'enduro. Yamaha 200 dtr, 200 wr avec laquelle je cours ma 1ère RandAuvergne, 250 yz homologuée pour ma 2ème RandAuvergne et les 24H TT de Clermont où notre team Pompiers fini 1er en Régional et 18ème scratch avec le n° 18, ça ne s'invente pas.
Pendant les temps morts, je refais à neuf  une épave de 500 xt ( encore une ) puis une 600 xt que je monte en super-motard.
Yamaha 200 wr

 Yamaha 500 xt de 1978 et 75000 km.

Yamaha 600 xt super-mot. montée avec les trains roulants de 750 fzr.
  


Yamaha 250 yz après ma touche perso.
On est en plein dans les années disco !!!

 Dans les années 90, le monde enduriste est en effervescence à chaque édition de la Gilles Lalay Classic.
 Je n'en rate pas une seule et au fil des ans, la course la plus dure du monde devient un véritable pèlerinage motard.




La suite, vous la trouverez dans les différents articles et pages de ce blog, en plus détaillé.