jeudi 16 novembre 2017

SUZUKI DR 800 : RESTAURATION ET PREPARATION

HISTORIQUE

Au printemps 2017, j'achète ce DR 800 du coté d'Aix en Provence.
C'est une deuxième main de 1993,
monté en super-mot. avec une fourche inversée de Kawa KLX 650,
deux jantes de Suzuki 600 Bandit, un disque flottant de 320 mm pincé par un étrier Tokico à quatre pistons grippé,
un silencieux Lazer en inox et un phare rectangulaire de mob.
Pas de compteur donc aucune idée de son kilométrage exact, environ 40000 km.
Contact :
tout fonctionne, démarreur, embrayage, boite de vitesse, RAS.
Par contre, la distribution cliquette copieusement et
ça pisse l'essence par le carbu..
Après un quart d'heure de discutions sur le prix de vente,
marcher conclus à un tarif très motard.
Direction la case auvergnate avec
le plus gros mono du monde dans le Trafic.




RESTAURATION

Dans un premier temps,
je démonte le carbu pour un nettoyage méticuleux
et une révision totale.


Reprise de tous les réglages d'origine ( y en avait besoin )
puis pose du kit de réfection de carbu.
La fuite d'essence provient du conduit extérieur en laiton
qui est cassé au ras du corps de carbu.
Ce conduit vient de la cuve et alimente le starter.
Après avoir extrait le petit bout de laiton cassé dans l'alu,
je scelle le conduit avec de la résine époxy  alu. Cela devrait tenir.
Remontage et ouverture de l'essence :
aucune fuite, bien joué Bobby.

A partir de là, je peux revoir les réglages de jeux aux soupapes.

Ho les salopiaux ! ça pouvait cliqueter !
Je trouve presque 2 mm de jeux à l'échappement
et 1.5 mm à l'admission.
Pour 0.20 et 0.15 prévu par le constructeur.
Je règle et ça va tout de suite mieux.
Je souhaite supprimer la boite à air pour la remplacer par un KN,
mais pour cela il faut que je fabrique un "manchon" intermédiaire.
voici ma méthode :
en bois, je réalise l'entrée et la sortie du manchon.
Je les assemble et je les recouvre de scotch.
Je sacrifie ensuite une chaussette de sport pour envelopper l'ensemble.



             Je résine abondement la chaussette et je laisse sécher.

La résine ne collant pas sur le scotch, je démoule et j'obtiens ça.





Pas mal n'est-ce pas ?

Coté échappement, il y a du boulot surtout sur le silencieux.

Deux heures plus tard, le voila prêt pour une seconde vie.



Novembre, il commence à faire froid dans mon garage;
je rentre le DR au sous-sol pour continuer les modifs au chaud.
Précédemment, j'ai acheté deux roues d'origine sur CoinCoin.
Car je souhaite équiper miss DR de jantes à rayons en 17 pouces,
largeur : 4.25 avec pneu de 150 pour l'arrière
et 3.00 avec pneu de 120 pour l'avant.
Plus deux jeux de rayons neufs ( chez Chambrier Père et Fils )
et je rayonne les deux roues sans problème particulier.
Voir le descriptif de la méthode
dans le post dédié à la restauration de mon TY 250.
J'en profite pour changer les disques de frein,
réviser les étriers et purger l'ensemble.




A gauche, voici le train avant d'un Kawa 650 klx et à droite,
le freinage du DR "modifié" par l'ancien proprio.
Il n'avait rien trouvé de mieux que de couper une partie de la fixation d'étrier pour monter un Tokico ( voir dans le cercle rouge ). Putain, du grand n'importe quoi.



Je suis donc obligé de fabriquer une platine en alu de 10mm d'épaisseur pour rigidifier cette fixation.
Elle sert aussi d'entretoise à l'étrier.




Tant que je suis sur la fourche,

je fiabilise la fixation du contacteur à clé

de manière à servir aussi au blocage de direction.

           Puis je crée les butées de direction sur le té inférieur,
le précédent "préparateur" ne l'ayant pas fait. 
Je meule les anciennes fixations de carénage sur la colonne
qui avaient été coupées à l'arrache.


Chez Motos Pièces Clermontois, je trouve ce réservoir de Yamaha xs 500 en bon état intérieur malgré quelques pocs. Le robinet nécessite un kit de réfection et le bouchon fonctionne bien.

 Je fabrique et  soude ces fixations 
          Avant.                                                                           Arrière                                                                           
                                                    



Aujourd'hui, je m'attaque à du lourd.
L'idée est de modifier la boucle arrière du cadre.
Disqueuse en main, je tronçonne la triangulation.



Voila ce que je vais conserver de la boucle,


afin de construire un nouveau treillis permettant
de soutenir une selle de 500 XT,
associée à un dosseret de selle de Kawa 650 KZ.


Pour l'heure, je récupère le bac de batterie d'origine et je le modifie pour y installer une batterie au gel qui peut donc être couchée.
L'ensemble sera logé sous le dosseret de selle.


J'ai raccordé tous les périphériques sur l'arrière du faisceau.


C'est un beau fouillis  qu'il va falloir organiser.
Pour cela, je crée et soude diverses pattes de fixations.


    

 Batterie, boitier CDI, redresseur-régulateur, relais de démarreur,
boitier de fusibles et faisceau électrique sont en place.
Je récupère le verrouillage de selle du DR et je l'adapte à la selle d'XT, je fabrique dans une tôle acier de 1.5mm son support et le soude au cadre.


                                              


                                                                                                                                                Puis je fixe la serrure au cadre.


  


J'ai déterminé la nouvelle triangulation en fonction des caches latéraux de Yamaha 600 Fazer que j'ai trouvés d'occase. 

Pour fixer les caches,
je soude des tétons, visibles dans les cercles rouges,en faite,
des tètes de vis cruciformes coupées à la bonne longueur,
afin une fois soudé, d'y introduire un caoutchouc ( silent-bloc ).



Aujourd'hui, je m'intéresse aux commandes à pieds.
Je souhaite remplacer celles d'origine par de nouvelles fait main.
Je fabrique un gabarit en bois pour ensuite
tailler deux platines en alu de 10 mm d'épaisseur.


 Je vais les installer sur les fixations d'origine,
en prenant le risque de les monter sans silentbloc.
Si elles vibrent trop, je reverrai ma copie.




Les ébauches sont en place,
il faut maintenant y installer la commande de sélection et le frein arrière. Dans un ancien sélecteur, je réalise celui-ci en y soudant la rotule de renvoi en position haute afin de conserver le principe de sélection bien connu : 1ère en bas, les autres en haut.
Pour terminer avec la platine gauche,
je peaufine sa forme et je la cintre à la presse
afin de rapprocher au max le cale-pieds vers l'intérieur.









A TRES VITE POUR LA SUITE ...

dimanche 8 octobre 2017

SUZUKI GSX 1100 : ETAT COLLECTOR

A la question :
Est-il possible aujourd'hui en 2017 de trouver des motos des années 80
en état d'origine "Collector" sur le marcher de l'occasion ?
La réponse est OUI .
La preuve en images dans ce nouveau post.

SCENARIO :
Montée historique de Confolant 2017, le 30 juillet.
Notre bande de potes y participe :
César avec son 1135 Katana SUZUKI
Oliver avec son 1300 KAWASAKI Godier Genoux
Fabrice avec son 750 YAMAHA Café Racer
et moi même avec mon 550 GT SUZUKI.
Sont aussi de la partie :
Jean-Louis, Pascal, Patrick, Fred, Sandrine...


L'ambiance générale de ce genre de manifestation peut être qualifiée de "motarde"
car c'est un rendez-vous de  vrais passionnés prêts à échanger
ou partager leurs expériences et faire rouler tous types de mobs,
la plus ancienne datant de 1926.
Le genre de trip à refaire au plus vite, tellement ce fut bon.
Donc , mon ami Jean-Louis, séduit par le concept,
s'est dit qu'il aimerait bien y participer en 2018, avec une moto éligible.
Rapidement,
il prend la décision de vendre son 1000 Varadéro pour se lancer à la recherche
d'un 1100 Bol d'Or ou d'un 1100 GSX du début des années 80.
Quelques centaines de kilomètres plus tard,
n'ayant pas fait affaire avec un Bol d'Or et un GSX de 1984,
nous voila près de Roanne, face à cette Suzuki GSX 1100 de 1980,
16000 km certifiés au compteur et dans un état exceptionnel, proche du neuf.
Nous sommes devant un collector, irréprochable.
Un bref galop d'essai confirme notre pensée : celle là est la bonne!
Jean-Louis peut être heureux,
nous rentrons à la case avec dans le Trafic,une superbe moto,
certes pas donnée mais qui fera un magnifique YoungTimer à Confolant.
De plus, c'est le type d'engin qui incite à rouler différemment, à la cool.



Franchement, ne croirait-on pas qu'elle sort de la concession ?


Jean-Louis a même trouvé une sacoche réservoir d'époque !




Le propriétaire précédent a monté une ligne d'échappement neuve d'origine à 1500 euros !
Ainsi qu'un jeu de pare-carters neufs, très vintage.


Tous les consommables sont neufs ( pneus, kit chaine, plaquettes...)
Y'a plus qu'a rouler.


Sur la droite du bloc compteurs,
Suzuki avait équipé ce modèle haut de gamme, d'un check-panel exclusif.
Pas moins de six voyants autour de la silhouette moto
indiquent le bon fonctionnement de divers organes.
L'ancêtre des ordinateurs de bord !